Choisir son Kimono d’Aikido (Aikidogi) – Comparatif

Comparatif : Choisir son Aikido-gi (Kimono)

Les différents modèles Seido

Choisir son Dogi n’est pas une chose simple pour tout le monde. Léger, standard, lourd, coupe traditionnelle, coupe moderne, coupe originale, il existe de nombreux modèles et le choix du modèle vous convenant le mieux ne dépend pas que du poids du tissu ! Nous aborderons ici les différents modèles Seido qui sont parfaitement représentatifs de tout ce qui existe en Aikidogi « Made in Japan ». Toutefois nous n’aborderons pas le sujet des Dogi bas de gamme fabriqués en dehors du Japon.

Aikidogi Seido Ultra Lourd & Ultra Soft WA600

Aikidogi Seido Ultra Lourd & Ultra Soft WA600

Commençons tout d’abord par préciser un point important. Dans ce comparatif nous utiliserons principalement le mot « Aikidogi ». « Gi », en japonais, signifie « vêtement », alors que « Kimono » désigne le vêtement traditionnel japonais porté à la ville. Le terme « kimono d’Aikido » a été utilisé improprement en France et dans quelques pays francophones pendant des décennies et il est difficile aujourd’hui de corriger cette erreur. Il est possible d’utiliser les termes « Keikogi » (vêtement de travail/pratique), Dogi (vêtement de la voie) ou Aikidogi (vêtement d’Aikido), mais pas « Kimono d’Aikido » qui, en japonais, n’aurait pas de sens. En effet, qui utiliserait un kimono traditionnel en soierie fine pour pratiquer un art martial ? (quoi que, soyons précis, O’Sensei le faisait ! Mais cela n’existe plus de nos jours). Bref, à partir de maintenant « Kimono d’Aikido » => « Aikidogi » !

§ Petit historique du Dogi d’Aikido

L’Aikidogi fut créé et fixé dans sa forme actuelle dans les années 60 par une célèbre marque japonaise encore en activité aujourd’hui et à l’origine spécialisée dans le matériel de Judo. L’Aikidogi fut créé suite à consultation avec les enseignants du Hombu Dojo de l’époque. Il faut cependant garder à l’esprit quelles étaient les limitations techniques de l’époque et quels étaient les besoins des pratiquants d’alors. Le résultat fut la coupe « traditionnelle » que l’on retrouve aujourd’hui sous plusieurs marques, dont Seido, finalement très proche de la coupe des Judogi.

Cela fait donc des décennies que cette coupe n’a pas évolué, alors que les besoins des pratiquants, mais surtout leur morphologie a bien changé en tant d’années. Entre temps, d’autres modèles ont été créés par diverses entreprises, avec, bien souvent, peu de base de travail, ne se basant que sur un nombre très limité d’avis et sans réel expert. L’Aikido est une discipline non compétitive où le sponsoring ne fonctionne pas. La fabrication de matériel d’Aikido n’intéresse pas grand monde et il n’existe aucune étude à grande échelle sur la morphologie ou les besoins des pratiquants.
Aujourd’hui, Seido tente de faire la différence, en récoltant des avis des divers groupes existants, mais les problèmes restent sensiblement les mêmes. La fabrication de matériel d’Aikido ne bénéficie pas des mêmes moyens que pour le Judo, le Karate ou autres disciplines compétitives.

Ancien Aikidogi/Judogi, intégralement tissé à la main, comme il n’en existe plus au Japon de nos jours.

Ancien Aikidogi/Judogi, intégralement tissé à la main, comme il n’en existe plus au Japon de nos jours.

§ Quel type (poids) pour ma pratique?

Il existe globalement 3 types d’Aikidogi:

- Les modèles dits « légers » ou « ultra légers » pour les périodes/régions chaudes et pour les déplacements. L’été japonais est particulièrement chaud et humide et si l’on ajoute à cela l’absence de climatisation dans la plupart des dojos, on comprend aisément le succès que peuvent avoir ces modèles par 40°C et 90% d’humidité. Ces modèles ont également un certains succès auprès des pratiquants se déplaçant beaucoup, notamment en stage. Léger de par l’épaisseur réduite du tissu, ils absorbent également moins la transpiration et sont par conséquent beaucoup moins lourds à transporter après la pratique. Ils sèchent également très rapidement.
La critique souvent faite à ces modèles est le manque de solidité. Il y a du vrai, mais les tissus japonais sont d’excellente qualité et le type de tissage utilisé est conçu pour rendre le tissu le plus résistant possible compte tenu de sa finesse.

- Les modèles dits « standard » ou « classiques » sont généralement des modèles en tissage « grain de riz » (sashiko) sur une épaisseur (hitoe) avec une partie basse en tissage diamant, pour une apparence générale quasi identique aux Judogi (Kimono de Judo). Ni spécialement légers, ni spécialement lourds, ces modèles sont très polyvalents. C’est ce que l’on recommande en général aux débutants, mais qui sont en fait portés par la grande majorité des pratiquants japonais (une bonne moitié).

- Les modèles dits « mi-lourds » « lourds » ou « super-lourds » sont également des modèles en tissage « grain de riz » (sashiko) avec une partie basse en tissage diamant mais en double épaisseur, pour un résultat en terme de poids et de coupe très proche des Judogi de grandes marques telles Mizuno ou KuSakura. Les modèles lourds sont souvent dits « Senshuyo » (compétiteur) ou Shihanyo (pour Shihan, enseignant). Si l’appellation « compétiteur » n’est pas vraiment justifiée en Aikido, les modèles « Shihan » sont souvent très épais, très lourds, avec une couture verticale dans le dos relativement peu agréable lors des chutes (c’est un sujet de plaisanterie entre pratiquant, « Shihanyo, pour ceux qui ne chutent plus ! »).

Aikidogi Léger Seido KS200 (Aiki)

Aikidogi Léger Seido KS200 (Aiki)

Relativement peu populaires au Japon, ces modèles restent très prisés des pratiquants occidentaux. Cela est fort probablement dû au fait qu’avant l’arrivée des Judogi « made in Japan » sur le marché international, tout le monde portait des Judogi, lourds et épais (et beaucoup de pratiquants en portent toujours).

Pourquoi choisir un modèle léger ou classique plutôt que lourd ?
Il s’agit d’un avis qui n’engage que nous, mais il nous semble (dans notre pratique en tout cas), qu’il est souhaitable en Aikido de laisser saisir son partenaire correctement pour pouvoir effectuer la technique correctement. Or les Judogi, non contents d’être épais et rigides sont également rêches, spécialement conçus pour rendre les saisies le plus difficile possible lors des combats.
Les modèles légers sont eux surtout conçus pour la pratique en été, en région chaude, et pour ceux qui se déplacent beaucoup (surtout si vous transportez 2 ou 3 vestes dans votre valise !).

§ À propos de la coupe

Deux éléments majeurs sont à considérer. Le premier concerne les longueurs de vestes et de manches, et la seconde, la largeur de la veste (et la présence ou non d’une couture verticale au dos) :

Comme indiqué dans le petit historique en début d’article, les Aikidogi dits « traditionnels » sont basés sur la coupe des Judogi et sont ainsi très larges, avec des manches tombant aux poignets et une veste relativement courte. Les modèles AS200, WA300 et WA600 sont basés sur cette coupe, c’est la tradition qui le veut, mais de notre point de vue, ce n’est pas ce qu’il y a de plus adapté pour l’Aikido et notre équipe réfléchit encore aujourd’hui à ce que serait un véritable Aikidogi conçu spécialement pour les Aikidoka.

Les Aikidogi dits « New Aikido Cut » sont des modèles dont les manches sont raccourcies, la veste rallongée et souvent sans couture dorsale verticale. C’est le cas de nos modèles KS100 (tissu grain de riz fin, simple épaisseur, léger), AS250 (tissu identique au modèle AS200, grain de riz classique), Aiki (super léger). Ces Dogi sont généralement destinés aux pratiquants ayant un physique plutôt sec.

Le second point concerne donc la largeur de la veste, et notamment la présence ou non d’une couture verticale. Ce qu’il faut savoir c’est que la couture verticale permet d’obtenir une coupe plus droite (pas nécessairement plus mince), notamment au niveau du tronc. Les modèles avec couture verticale tiennent mieux et s’adaptent plus facilement à toutes les morphologies. Elle est cependant fortement déconseillée pour les modèles double épaisseur compte tenu de la gêne qu’elle représente lors des chutes. Ainsi, le modèle double épaisseur dit « mi lourd » ne présente pas de couture verticale. C’est également le cas du modèle KS200 et du modèle AS250 en épaisseur standard ainsi que du modèle Aiki (léger).

Pour mettre un frein à ce problème de tissu « bouffant » au niveau du tronc, nous avons tenté diverses combinaisons de modifications. Le modèle Aiki est par conséquent coupés plus fin (slim cut) que tous les autres modèles.

Pour résumer, en Aikido on a généralement besoin de manches raccourcies, d’une veste plus longue pour bien tenir dans le Hakama, et surtout d’une veste pas trop large. Si les Judoka font en moyenne 10 kg de plus que leur poids de forme, ce n’est pas le cas de la plupart des Aikidoka qui pourront se sentir un peu flotter à l’intérieur des modèles dits « traditionnels ».

Tout cela reste, bien entendu, une affaire de goût personnel !

§ À propos des pantalons

En Aikido, une grande importance est à apporter aux pantalons. En effet, avec la pratique relativement fréquente du Suwariwaza (techniques à genoux) ainsi qu’avec les chutes, les pantalons souffrent beaucoup plus que dans la plupart des autres arts. On recommandera donc des pantalons non pas uniquement renforcés aux genoux mais doublés des cuisses jusqu’aux chevilles, assurant une résistance maximale sur toutes les parties sensibles du pantalon. Cela posé, il sera donc difficile de réaliser des pantalons « super légers ».

Dans le catalogue Seido, les pantalons proposés avec les modèles AS200, AS250, WA300 et WA600 sont résolument classiques, 100% coton, doublés des cuisses aux chevilles. Avec le modèle pour débutants AS100, seuls des renforts aux genoux sont présents ceci pour un souci de coût pour un modèle d’entrée de gamme. Le pantalon du modèle Aiki est réalisé sur le même principe de doublage, mais avec le même tissu que la veste. Le pantalon reste relativement lourd mais le séchage est plus rapide.

Pantalon Classique Doublé AS200

Pantalon Classique Doublé AS200

§ Comparatif des différents modèles Seido

Cliquez sur le nom du modèle pour vous rendre directement sur la fiche produit SeidoShop.

Comparatif des Aikidogi selon leur utilisation et leur matière
Modèle Matière / poids Résistance Séchage Coupe Prix
Light-Weight Single
Layer Aikidogi
KS100
100% Coton
Poids standard
** *** New Aikido Cut
Avec couture dorsale
¥13,000
Aikidogi
"Aiki"
KS200
100% Coton
Light-Weight
** **** New Aikido Cut
Sans couture dorsale
¥20,500
Aikidogi
Polyester/Cotton
KS300
70% Coton / 30% Polyester
Light-Weight
*** **** New Aikido Cut
Sans couture dorsale
¥17,500
Deluxe
Single Layer Aikidogi
AS200
100% Coton
Poids standard
*** *** Coupe traditionnelle
Avec couture dorsale
¥18,500
Deluxe Single Layer
Aikidogi "Slim Cut"
AS250
100% Coton
Poids standard
*** *** New Aikido Cut
Sans couture dorsale
¥19,000
Classic Double
Layer Aikidogi
WA300
100% Coton
Heavy-weight
**** ** Coupe traditionnelle
Sans couture dorsale
¥22,100
Deluxe Double Layer Aikidogi
WA600
100% Coton
Extra heavy weight, double sewing
***** * Coupe traditionnelle
Avec couture dorsale
¥27,500

Choisir sa taille

Le choix de la taille dépend de deux facteurs. Votre taille (hauteur) bien entendu, mais également de votre morphologie et de votre poids global.

Selon les modèles, si vous êtes à votre poids de forme ou sous votre poids de forme (par exemple, moins de 70kg pour 180cm), il faudra peut-être envisager de prendre une demi-taille inférieure à ce qui est indiqué dans le tableau des tailles.

Si vous êtes autour de votre poids de forme (par exemple, entre 70 et 80kg pour 180 cm), les tailles indiquées dans le tableau correspondent parfaitement.

Si vous êtes au dessus de votre poids de forme, il faudra alors prendre une demi-taille supérieure (par exemple, plus de 90kg pour 180cm).

S’il est vrai que les modèles en coton ont tendance à rétrécir, cela est pris en compte dans les tailles recommandées dans les tableaux de taille. Cependant, les mesures détaillées (côtes) correspondent aux mesures en sortie d’atelier. Le taux de rétrécissement est indiqué sur chaque fiche produit.

Les tableaux des tailles détaillés avec côtes en sortie d’atelier sont disponibles sur chaque fiche produit SeidoShop.

Mesures détaillées pour les Aikidogi Seido.

Mesures détaillées pour les Aikidogi Seido.

Au sujet des prix

Les prix varient selon trois facteurs. Le coût du tissu, le coût de la main d’œuvre et la taille (facteur lié aux deux autres). Sans mentionner le taux de change YEN/EURO, bien entendu. Le Japon est un pays développé, à ce titre, le coût de la main d’œuvre est relativement élevé (comparable à la France), par ailleurs, compte tenu des ressources géographiques relativement limitées du Japon, le coût du coton est également relativement élevé.
En contrepartie, la qualité des équipements est sans équivalent au monde grâce au savoir faire centenaire de l’atelier et multi-centenaire des producteurs de coton de la région d’Aichi.

Par ailleurs, acheter un produit « japonais » véritablement « Made in Japan », c’est un choix de consommation. En tant que pratiquant d’Aikido, sensibilisé à une certaine éthique, il est intéressant de se poser la question « Comment/Par qui/Dans quelles conditions je souhaite que mes équipements soient fabriqués? ».



Nous voici à la fin de notre présentation. Merci pour votre attention, et n’hésitez pas à poser vos questions via le système de commentaires ci-dessous !

0 commentaires - Choisir son Kimono d’Aikido (Aikidogi) – Comparatif

Laisser un commentaire


Inscription à la newsletter

1 à 2 emails par mois maximum. Nous ne partageons pas vos données.